Venez incarner votre propre Personnage dans l'univers du Manga One Piece et parcourez les Mers de ce Monde en combattant pour vos Rêves !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un combat pour honorer la justice.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mizai
Ingénieur Naval Du Dock 1 A Water Seven | La Lame Rouge
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Un combat pour honorer la justice.   Mer 12 Aoû - 1:08

°° Entraînement à la technique extra-supérieur [ 12 / 15 ]


..:: Aider ses amis et honorer la justice ::..




Dans une longue rue délabrée de Banaro, un enfant était assis sur un trottoir face à une vieille épicerie. Ce garçon était assez grand mais très maigre, ses vêtements étaient miteux et rapiécés, ils semblaient bien trop court pour lui. De la crasse, maquillait son corps fragile mais un regard cristallin reflétait une grande ambition. A ses pieds, un beret ayant servi de festin aux mites se remplissait petit à petit dans cette lourde journée d'été. Quelques heures plus tard, une femme rachitique à l'allure nonchalante s'assit à côté de lui, une bouteille d'eau et un crouton de pain dans les mains qu'elle tendit à l'enfant. Ses yeux étaient de la même couleur cristalline que son fils et quand elle le regardait, on sentait une affection sans limite que seul une mère pouvait porter à son enfant. L'enfant prit le bout de pain et le coupa en deux. Il mangea la moitié et tendit l'autre à sa mère qui le prit dans ses bras. Ils vivaient dans la rue à la merci du monde, seuls face aux dangers de la vie. La nuit approchait à grands pas et la mère et son fils se dirigèrent vers la station de métro la plus proche, s'allongèrent sur un banc et dormirent jusqu'au lendemain matin. La nuit avait été paisible pour les deux mais il furent réveillés à six heures du matin lorsque la première rame de métro fit son apparition en gare. Pour Taram, c'était un grand jour, il fêtait aujourd'hui son douzième anniversaire. Comme chaque année depuis sa naissance, il recevrait une tablette de chocolat qu'il partagerait bien évidemment avec sa mère nommée Nara. A leur réveil, Nara sa mère s'approcha de lui et lui dit d'une voix douce et mélodieuse :



« Aujourd'hui est un jour particulier, tu as atteint ta douzième année et pour cette occasion j'ai décidé de t'offrir un cadeau d'une grande valeur, il te servira si tu as besoin de te défendre contre des brigands.. »


Nara fouilla dans son petit sac et en ressortit un fruit de couleur violet qu'elle avait hérité de sa grand-mère mais qu’elle n’avait osé manger. Taram ne savait pas quoi dire, ce cadeau l'avait ému et lorsque sa mère lui donna, il ne put s'empêcher de verser une petite larme qu'il essuya du revers de sa main. Pendant cet instant magique, il oublia qu'il était pauvre, ses problèmes avaient disparu et il voulait que ce moment soit éternel.


« M..Merci, je t'aime maman.. »


Il ne pouvait rien dire de plus, c'était comme s'il était absorbé par le fruit. En effet, ce fruit avait une certaine force d'attraction et Taram n'arrivait plus à détourner son regard de l'objet. Mais il était temps pour eux de quitter le trottoir et il du se résigner à abandonner l'objet du regard, il décida alors de le manger. Celui-ci lui procurait une sorte de chaleur et de puissance, il n'avait jamais ressenti cela auparavant. Taram et sa mère qui avaient gagné une petite somme d'argent entrèrent dans une épicerie pour acheter de l'eau et un sandwich. C'est tout ce qu'ils pouvaient s'offrir avec ce qu'ils avaient récolté. Au moment où Taram posa sa main sur le sandwich, celui-ci se consuma immédiatement après l'apparition d'une flamme bleue qui avait jailli de la main de Taram. Ce dernier prit peur et courut en direction de la sortie laissant sa mère seul. Il courrait le plus loin qu'il pouvait et maintenant il était déjà à une cinquantaine de mètres de l’épicerie. Cependant une pensée lui vint subitement.


**Ca ne sert à rien de m'enfuir, cette chose est sortie de ma main et il m'est impossible de fuir ma propre personne !**




Le garçon revint alors sur ses pas marchant lentement l'air pensif. Comment cela était-il arrivé et pourquoi ? Taram retrouva sa mère qui le cherchait. A son retour, elle l'accable de question.


« Que s'est-il passé ? Pourquoi tu as couru si vite ? Qu'est-ce qui t'a fait paniquer ? »



Taram répondit brièvement d'une voix amplie de désespoir.


« De ma main a jailli une flamme bleue..je ne saurais pas l'expliquer mais j'ai été effrayé et je ne savais pas quoi faire alors j'ai couru. »


Dit-il en accélérant au fur et à mesure sous le joug de la panique.


Nara eut un large sourire, on aurait dit la plus belle chose qui soit arrivé au monde. Son visage vieilli par la pauvreté laissait transparaitre un air joyeux. Quand tout à coup elle prit la parole avec une voix très sérieuse.


« Tu as tout simplement mangé un fruit du démon, celui-ci te procure un pouvoir spécial mais en contrepartie tu ne peux plus nager. Tu as obtenu le pouvoir de consumer toute chose. Un pouvoir puissant ! Tu pourras peut-être battre tu sais qui !»



Taram était perdu, sa mère était devenu folle sans doute. Ses pensées s'emmêlaient dans sa tête et lui donnèrent rapidement une migraine.


« Maman, tu dois être fatigué. Les pouvoirs et autres n'existent pas, c'est ce que tu t'es entêtée à ma répéter pendant douze ans ! »


Lui répondit-il l'air exaspéré.


La mère n’eut pas le temps de répondre car un jeune garçon aux cheveux châtain-clair vint les interrompre. Il était jeune, dix ans environs, il portait des écouteurs oranges et un collier muni de pendentifs en bois. Il souriait aux deux personnes et leur demanda.



« S’cusez, on est où ici ? J’étais sencé aller à Little Garden mais il y a eu une tempête et j’ai failli me noyer car je ne peux pas manger j’ai mangé un fruit du démon et euh j’ai attéri..mais pourquoi je vous raconte tout ça moi ?? Enfin bref on est où ? »


Le jeune Taram semblait avoir reçu une grande gifle. Alors sa mère avait raison, il avait bel et bien mangé un fruit du démon. Cette simple pensée le fit frémir et il s’évanouit. La jeune mère répondit au garçon.


« Nous sommes à Banaro, une vieille île rustique. Vous êtes mal tombés. Je me présente, Nara Hachimichi. Enchanté ! »


Le garçon lui envoya un sourire flamboyant avant de répondre.


« Moi c’est Chikara Mizai, enchanté. Pourriez-vous m’indiquer un endroit où je pourrais m’alimenter s’il vous plait ? »



Notre héros avait donc atterri à Banaro. La femme s’occupait de réveiller son enfant mais lui indiqua une épicerie. Mizai ne savait pas pourquoi mais il serait amené à les revoir. Le lendemain matin, comme il l’avait prédit, il les revit errant dans la rue. Mizai se dirigea vers eux et leur demanda en manquant de tact.



« Pourquoi vivez-vous dans la rue ? Vous avez mal travaillé à l’école ? Parce que mon ami Nava-kun m’a dit que si on étudiait pas on finissait pauvre et à la rue, alors j’ai étudié mais j’ai fini ingénieur naval mais j’ai arrêté pour retrouver mon ami et vous ? »


La femme fut choqué par une question posée avec autant de facilité et avec un grand manque de respect. Mais elle accorda cela à la force de l’âge et s’accroupit pour arriver à sa taille. Elle lui répondit d’une voix douce et mielleuse.


« En vérité, sur Banaro un homme a pris le pouvoir et règne. Il méprise les habitants de l’île. La plupart des habitants se sont prosterné face par peur. Mais nous, mon mari, mon fils et moi avons décidé de ne pas nous prosterner. Alors ce tyran du nom de Suikyotoranamigatsu a fait exécuter mon mari et a brûlé notre maison. Depuis ce jour, nous vivons dans la misère. Nous rêvons qu’un jour quelqu’un se dresse face à lui. »


Une grosse veine ressortit sur la tempe de Mizai. Il semblait en colère, très en colère. Ses poings étaient serrés et ses dents de même. Il avait la tête baissée et on pouvait entendre une sorte de grognement quand tout à coup il releva la tête et dans un excès de rage, il lâcha quelques mots d’une voix glaciale.



« Comment peut-on détruire une vie de la sorte ? Je jure que je vais trouver ce satané Suikyochaipaquoi et je le tuerais. TU AS ENTENDU SALE BATARD JE VAIS TE DEGOMMER !!!! »


La mère sourit à Mizai avant de dire.


« Tu es gentil mais tu es trop jeune, tu risques ta vie inutilement ! »



~~ Mizai en souriant ~~

« Ne jamais sous-estimer la force de l’amitié ! Et puis je ne vous laisse pas le choix. Où se trouve-t-il ? »


Elle éclata littéralement en sanglot et ne savait pas quoi dire. Son jeune fils semblait admirer le courage donc faisait preuve Mizai. Nara répondit à Mizai.



« Il vit dans un grand manoir non loin de la plage. C’est un semi-géant très gros, fais attention à toi et m.merci ! »


Mizai s’en alla sans dire un mot. Il avait décidé d’éclater la tronche de ce tyran sans cœur et sans pitié. Il comptait lui apprendre la vie au détriment de la sienne s’il le fallait. Mais il ne mourrait pas, pas avant d’avoir retrouvé Sir Navarino, son ami.

[ To Be Continued ..]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizai
Ingénieur Naval Du Dock 1 A Water Seven | La Lame Rouge
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Un combat pour honorer la justice.   Mer 12 Aoû - 18:24

°° Entraînement à la technique extra-supérieur [ 13 / 15 ]


...| Un combat honorable : une technique incroyable |...





Mizai était arrivé à Banaro après avoir traversé une tempête. Après son arrivée, il rencontra une jeune femme et son enfant vivant à la rue par la faute d’un tyran sans foi ni loi. Ne jurant que par son cœur et sa loyauté, Mizai donna sa parole à Nara, il allait tuer Suikyonamigatsu et devenir plus fort tout en rendant leur maison à cette femme et son enfant ne cherchant qu’à vivre heureux. Le jeune épéiste marchait rapidement en direction de la plage. Il devait trouver un palais de style chinois et retrouver un homme apparemment assez grand qu’il devrait battre pour refaire vivre cette île. Mizai marchait face au vent qui sifflait dans ses oreilles et faisait onduler ses longs cheveux châtains. De loin, Mizai aperçut un grand palais, il s’en rapprocha et se rendit compte que celui-ci était gigantesque.





Mizai ne prit pas la peine de faire dans la dentelle et d’un coup de sabre puissant défonça la lourde porte en bois qui retomba dans un fracas infernal au sol. L’impact souleva un grand nuage de poussière épais. Mizai était de mauvais poil et il attérrit directement dans une vasta salle ressemblant en tout point à une arène de combat. Mizai releva la terre pour voir qui était dans la salle. En effet, il entendait des ronflements. Dès qu’il leva la tête, il fut parcouru de frissons interminables et ses cheveux s’hérissèrent sur sa tête.






Un géant de plus de huit mètres était assis sur un trône enpierre géant. Celui-ci avait une grosse moustache et une coiffure très étrange. Il faut aussi préciser qu’il était doté d’une musculature effrayante et qu’à côté Mizai n’étais qu’une crevette insignifiante parmi tant d’autres. Le ronflement provoquait un courant d’air dans la pièce, un courant avec une odeur de rat mort depuis trois jours. A croire que cet homme ne connaissait pas la brosse à dent. Etrangement, il était seul dans une pièce isolé, Mizai n’aurait donc qu’un combat affaire, c’était suffisant.





Mizai commença alors à brailler des mots sans signification dans le but de réveiller l’homme. Normalement celui-ci devrait avoir une ouie plus développée étant donné que son haleine fétide et sa respiration l’étaient. En effet l’hypothèse de Mizai se révéla juste et le gamin sentit un regard se poser sur lui. Au moment où il leva les yeux, il fut glacé par ce regard glacial, un regard à vous tuer.



L’homme ne chercha même pas à parler, il se contenta de balancer son pied pour faire en sorte que Mizai soit repoussé au loin. Cette tentative fut vaine car le garçon se contenta d’un simple saut sur le côté. Puis très rapidement, le tyran rabaissa sa main pointant son doigt sur Mizai pour l’écraser tel une vulgaire mouche. C’était sans compter sur l’adresse et l’habilité de Mizai.





Alors que le tyran Suikyonamigatsu dirigeait son doigt dodu en direction de Mizai, celui-ci sauta sur le côté. De ce fait, le doigt du dictateur s’enfonça viollemment dans le sol sous une déflagration rocheuse sans pareille. Mizai se croyant sauvé baissa sa garde mais une chose horrible se produit.





Le géant avait de suite dirigé son poigt gauche sur la tête de Mizai. Le jeunot n’eut pas le temps de l’esquiver et fut projeté contre un mur la face en sang. L’ex-ingénieur naval était faible et tremblait de toute part. Avait-il échoué ? Dans sa tête se bousculait les images de Sir Navarino, Nara, Taram, il ne pouvait pas perdre. Eh bien non, quelques minutes plus tard il se releva décidé à battre cette homme prétentieux. Mizai puisant son énergie dans sa volonté courut en direction du tyran, un regard sévère sur son visage. Il sauta dans les airs.





~~ Mizai en arrivant face au torse de Suikyonamigatsu ~~


« Kaimetsu Nami !! »







Mizai qui était arrivé au niveau du torse du tyran, il le trancha net d’une coupe horizontale puissante et profonde. En plus d’un coup de sabre, Suikyonamigatsu se vit trancher par une lame de vent qui avait jailli en même temps que le coup de sabre. A ce moment là, Mizai pensait avoir gagné mais ne baissa pas sa garde. Il revint au sol et attendit de voir la réaction du géant. Quelques secondes plus tard, le tyran se leva enfin de son trône qu’il n’avait pas quitté depuis le début du combat. Il n’avait plus sa blessure, c’était étrange. Le géant fut pris d’un rire étrange et dit à l’adresse de Mizai.






« Tu croyais pas que tu m’avais battu j’espère ? J’ai hérité du fruit du lézard volant, un fruit à mi-chemin entre le fruit du dragon et du lézard. De ce fait, j’ai un pouvoir de régénération supérieur à la moyenne. Tu ne pourras pas me vaincre. Pour t’aider, ta seule chance de me vaincre et de t’attaquer à ma tête. Mais encore faut-il que tu m’atteignes. Bon je me transforme KISHISHISHIHIHI !! »


A peine eut-il terminé sa phrase qu’une sorte de serpent lézard volant se tenait face à Mizai. Celui-ci avait la tête du géant. C’était assez étrange, sans doute avait-il mélangé deux zoans pensa Mizai. Mais maintenant, l’enjeu du duel se disputait maintenant. Il fallait que Mizai gagne coute que coute. Mizai lui dit donc.



« Il est temps pour toi de rejoindre les fantômes de l’au-delà. Je vais te montrer une technique ancestrale appartenant à la famille Chikara. Ce sera la dernière fois que tu la verras, tu risques de perdre la vie mon gros ! »



Mizai dégaina son long sabre Amidamaru.


« Nyolaï ! »




C’était la position initiale de sa technique. Il prit horizontalement son sabre et caressa de son index et de son majeur toute la lame jusqu’à la pointe tandis que le tyran fonçait tête baissée sur lui.





~



~



~





« Jiki Ebutsu Tôgansyujô Taigedaidô Hatsumu Jôi Jikiehô Tôganshyujô Jinnyukyozô Tchienyokai Zikieso Tôgansyujô Tôlidaïsyu Issaïmusso »


Cette technique permettait selon la légende de rejoindre l’au-delà. Mais cette fois, celui qui allait le rejoindre était Suikyonamigatsu. Mizai se concentra et d’un geste long et harmonieux forma un arc de cercle en rabaissant son sabre au sol. Lors de ce mouvement, la lame traverse plusieurs couches d’air ambiante et perturbe l’atmoshpère. Puis d’un geste vif, il releva sa lame en direction du ciel. Tout l’air ambiant qu’il avait traversé forma une sorte de bras de guerrier géant en armure lacérante. Mizai y avait ajouté toute son aura combattive et sa volonté. Enfin, il planta la pointe de sa lame dans la sol. C’était une sorte de signal. Le bras de guerrier chinois fusa en direction de la tête du tyran. Lorsqu’il avait exécuté tous les mouvements de l’attaque, on avait l’affreuse impression qu’il avait ralenti le temps. On se sent tout à coup incapable de bouger alors qu’en vérité, il est si rapide qu’il est presque impossible de le voir. C’est là la force de cette attaque. Le bras en lame de vent traversé littéralement le crâne du tyran qui mourrut instantanément. Cette technique était machiavélique, cependant elle était à double tranchant et Mizai le savait. En l’utilisant, Mizai se sentait vidé de toute énergie. Le jeune garçon fit un malaise, il avait perdu trop d’énergie et beaucoup de sang.






A son réveil, il était allongé dans un grand lit douillet. Il était entouré d’une vingtaine de personnes euphoriques. Apparemment tout le monde avait entendu le cri déchirant de Suikyonamigatsu juste avant sa mort et maintenant, Mizai était un héros. Il se redressa doucement sur son lit et une femme lui sauta au cou. Il reconnut son odeur, c’était Nara, la femme qui vivait dans la rue.



« Merci.snif..bienvenue chez moi, je te dois une fière chandelle. Demande-moi absolument tout ce que tu veux. »


Mizai répondit instinctivement.



« Je peux rester ici encore quelques jours s’il vous plait, il faut que je récupère et que je m’entraîne un petit peu, merci. »


Elle se contenta de hocher la tête, heureuse. Mizai lui se rendormit presque immédiatement. Quelques heures plus tard, une fête eut lieu en son honneur et on l’appelait le sauveur. Mizai s’habitua rapidement à l’île et s’y plaisait. Il devait rester encore une petite semaine pour terminer son entraînement. Il avait également un projet, il allait faire construire un grand dojo en forme de bateau en moins d’une semaine, ce serait un défi et en quelque sorte un entraînement physique qui pourrait être bénéfique.


Dernière édition par Mizai le Ven 14 Aoû - 0:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizai
Ingénieur Naval Du Dock 1 A Water Seven | La Lame Rouge
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Un combat pour honorer la justice.   Jeu 13 Aoû - 2:00

°° Entraînement à la technique extra-supérieur [ 14 / 15 ]



...| La trahison d'un frère obscur |...



Après avoir vaincu un adversaire de taille, et c'était le cas de le dire, il était géant, Mizai s'était autorisé une journée complète de sommeil tout de même agité par un rêve étrange. Cela faisait déjà quelques jours qu'il rêvait de la même chose. Il était dans un long couloir sombre et il voyait Sir Navarino de dos s'éloigner et s'enfoncer dans les ténèbres. Mizai a beau crier, courir, il n'arrive jamais à l'atteindre quand soudain il est aspiré dans un gouffre sans fin. Mizai se réveilla en sursaut avec une impression de vertige. C'était assez désagréable. Enfin Mizai descendit de son lit douillet et s'étira une bonne minute avant de sortir à l'extérieur. Le soleil brillait comme jamais et les habitants de l'île étaient joyeux et riaient. Mizai leva la tête et aperçu un homme. Il ne put distinguer la totalité des détails présents sur le visage de l'homme mais ses cheveux volaient au vent et il avait le teint pâle ainsi qu'un air mélancolique.






Mais Mizai ne s'attarda pas sur l'homme et rentra à l'intérieur où une assiette de riz au boulettes de viande l'attendait. Mizai s'assit et dévora tout le riz en une poignée de secondes. L'assiette semblait neuve et on aurait pu la confondre avec une assiette propre. Le jeune garçon la lava et la rangea sur une étagère en bois verni. Mizai sortit alors en ville, il avait une annonce importante à faire, une annonce qui réjouirait tous les habitants de la villle. Arrivé au centre ville, Mizai posa un tabouret en bois au sol qu'il avait pris de la maison, se mis dessus et hurla à l'adresse des habitants.



"Bonjour à toutes et à tous ! J'ai l'honneur de vous annoncer que j'ai l'intention de créer un dojo dans votre ville. Etant donné que je suis un ingénieur naval confirmé, ce dojo aura la forme d'un grand navire de guerre, il sera votre fierté, votre emblème. Mais pour cela j'ai besoin de votre aide, j'ai besoin de plus de bois possible !!!!"



Entretemps tout le monde s'était rassemblés autour de lui et la foule applaudit en hochant la tête. Puis, dès que Mizai leur demanda du bois, il crièrent tous d'une même voix "OUI". A présent, Mizai pouvait rentrer à la maison tranquillement, maison appartenant à Nara. Dès qu'il rentra, elle le salua et lui demanda si tout se passait pas. Le jeune garçon acquieça d'un signe de tête et s'assit au beau milieu du salon. Mizai s'installa en position du lotus, les mains sur les genoux et les yeux entrouverts. Même si son corps avait récupéré de tous ces combats à répétition, l'esprit de Mizai lui accumulait la fatigue. La méditation lui permattait d'entretenir son esprit et de restaurer sa forme spirituel. Mizai ne pensait plus à rien, son esprit était vidé, il ressentait tout autour de lui. Il sentait son flux spirituel se régénérer progressivement, il sentait cette incommensurable énergie onduler autour de son corps tout en donnant à la pièce une atmosphère douce et voluptueuse. Après quelques heures déjà, il sentait que ça allait mieux et il se releva tranquillement. Il sortit un long parchemin et en quelques minutes griffona un plan global du nouveau dojo. Normalement, il devrait finir en mois de cinq jours si ses calculs se révélaient exacts.


Puis Mizai se dirigea au pas de course au centre ville. A sa plus grande surprise, plus d'une tonne de bois était entreposé dans une sorte de benne géante. Mizai, lui qui avait battu le tyran, lui qui avait battu tant d'aversaires était véritablement impressionné. Pour construire ce dojo, il disposait de 459.75 mètres carrés. Ce qui ferait un dojo d'environ 312 mètres carrés. Mizai avait conservé ses outils et les ressortis d'une sacoche accrochée à sa ceinture. Cependant il n'en aurait pas besoin pour l'instant, Mizai utilisa son logia pour soulever un grand bloc de bois et pour le tailler comme il en avait envie. Il forma donc un grand dessous de navire et des murs qui serviraient à aller au-dessus. A la fin de la journée, il avait crée la charpente. Le lendemain, il n'aurait qu'à assembler le tout et il aurait fini le bâtiment. Bien-sûr, il lui faudrait ensuite aménager les salles et les équiper en armes. A son retour chez Nara, un homme qui lui ressemblait étrangement se tenait face à lui...






"Salut petit frère ! Je ne resterais pas longtemps. Cependant lorsque tu es parti de notre île, tu as pris un objet qui m'appartenais et que je n'aurais aucun mal à obtenir puisqu'il est dans ta poche !"


Le jeune garçon qui se révélait être le grand frère de Mizai semblait vouloir le sabre rouge du jeune garçon. Mais Mizai ne se démonta pas, son sang froid résistait à toutes les épreuves. Il regarda son frère d'un air semi-arrogant mais en gardant une pointe d'humilité face à lui. Il rétorqua ensuite.



"Non, j'espère que tu n'as pas oublié que papa me l'a légué à moi. Il ne semblait pas te faire confiance. En tout cas moi je n'ai pas encore percé les secrets de cette arme mais dès que je l'aurais fait, je te ferais signe et ce jour là, je te tuerais. Papa a parlé d'une "arme ultime", c'est donc pour ça que tu l'as veux ? Je suis dans le regret de refuser Mizui."


Tout à coup, l'atmosphère devint tendu. Deux frères de la famille Chikara face à face, l'un désirant un objet, l'autre protégeant ce même objet. Mizui le frère de Mizai semblait très contrarié et ses yeux devinrent blancs délimités par une couleur noir, cela ne présageait rien de bon. Il tendit la main et de celle-ci jaillit une boule de feu. Qu'allait-il se passer ??






"Alors la rumeur qui courrait était donc vrai, tu t'es fait implanté un bras de cyborg ? Jusqu'où es-tu prêt à aller pour acquérir de la puissance ?? Laisse moi rire, tu ne peux rien faire face à moi, même si tu le voulais. Depuis le début papa ne te faisait pas confiance, alors quand tu nous as trahis, il m'a enseigné plusieurs techniques au sabre donc même toi ignore l'existence. De plus, tu sais que tu ne peux pas me toucher, l'ainé n'a pas le droit de frapper son frère dans notre famille, c'est dans nos gènes, tu le sais. J'avoue que pour ma part cela m'arrange. Il suffirait que je te provoque jusqu'à ce que tu en viennes aux mains, et au moment où tu me toucheras, tu mourras d'une crise cardiaque, mort tragique coco ! Mais je n'ai rien à te donner, au revoir."



Mizai tourna le dos à son frère quand celui-ci surgit par derrière et frappa viollemment Mizai sur la tête. Cependant, une chose n'était pas normale, il vivait encore. Voyant l'étonnement de Mizai, Mizui lui dit d'une voix feutrée.



"Eh oui, j'ai rencontré une femme, Aerine. Elle dispose d'une connaissance inimaginable en ce qui concerne l'adn et le corps. Elle a réussi à modifier mon code génétique et maintenant, je n'ai plus de limite. Je pourrais aller détruire cette satanée île si je le voulais. En contrepartie, j'ai dû lui céder vingt-cinq année de ma vie , hmpf !"



Mizai était sous le choc et savait ce que cela signifiait. Mizui allait s'emparer, l'ex-ingénieur naval n'avait aucune face à son grand frère, celui-ci disposait d'une puissance inouïe qui lui avait été donné à la naissance, mais cette histoire était assez obscur. Mizui s'approchait à présent pas à pas vers Mizai et vers l'objet que Mizai considérait comme un sabre. C'était sans doute la fin, avec cet objet, il pourrait détruire toute son île. C'était affreux, horrible, inqualifiable, l'avenir du mon en dépendait. Mizai aurait voulu que ce ne soit qu'une hyperbole mais ce n'était point le cas, cette arme recelait des secrets, il était dis qu'elle avait le pouvoir de détruire le monde ou de le guérir, mais Mizai n'avait jamais compris.


[ To Be Continued ...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un combat pour honorer la justice.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un combat pour honorer la justice.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rang 2]Wanted Water - Combat pour le troisième badge ! [Terminé]
» Seul est digne de la vie celui qui chaque jour part pour elle au combat [Pv: Fiora, Atios]
» Entrainement n°2 : Entrainement au combat (Nuage de Saule)
» Un petit combat pour se changer l'humeur ?
» Aide pour les personnages sans fiches ayant "évolué"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Resurrection ~ V2 :: Grand Line :: Banaro-
Sauter vers: